Accueil > Actualités > Covid19 - Sauver le secteur associatif et d’éducation populaire est possible (...)

Covid19 - Sauver le secteur associatif et d’éducation populaire est possible !

Le CRAJEP Pays de la Loire a réagi rapidement pour alerter, rappeler les enjeux économiques et sociaux pour le secteur associatif et d’éducation populaire. La perte en Région atteindra plusieurs dizaines de millions d’euros. Et pour autant 3 leviers peuvent sauver le secteur, à condition de les activer !

L’Éducation Populaire est menacée, comme l’ensemble du secteur économique en France et au-delà. L’éducation populaire c’est : les centres de loisirs, les centres socioculturels, l’action culturelle populaire, les centres et séjours de vacances, les classes transplantées, les habitats jeunes (FJT), les actions de mobilités internationales, l’animation scientifique, la formation à l’animation, le sport pour tous et toutes, l’accompagnement à la scolarité, l’accompagnement des jeunes (projets, prévention…), les associations de quartier comme du milieu rural…

En Pays de la Loire, l’éducation populaire touche 1 ligérien sur 2. Or la crise que nous connaissons risque d’avoir un impact énorme pour un secteur aujourd’hui fermé et confiné. Pour autant, passé le confinement, nous aurons besoin de nos associations pour répondre à des besoins essentiels : de garde d’enfants, d’ouverture culturelle, de lien social…

Les pertes sont difficiles à prévoir et elles vont dépendre de la durée du confinement. À fin avril, nous pouvons dores et déjà estimé à une perte autour de 5 millions d’euros pour les têtes de réseau membres du CRAJEP et entre 30 et 50 millions d’euros pour l’ensemble des associations du secteur fédérées ou non.

Le CRAJEP Pays de la Loire proposent 3 leviers pour se relever aux mieux de cette situation – au-delà des mesures classiques mais insuffisantes (report URSSAF, chômage partiel...) :

1 – Maintenir ses engagements
Nos associations ont des conventions, des marchés publics, des appels à projets avec des collectivités, des institutions (CAF, Pôle Emploi, Agefiph…), l’Etat… Certaines institutions et collectivités commencent à donner des avis positifs. Il nous semble effectivement essentiel d’avoir des engagements financiers permettant de garantir une continuité des actions malgré la période d’annulation et/ou de report.

2 - Créer et ouvrir des fonds de soutien au secteur associatif et à l’éducation populaire
Le CRAJEP Pays de la Loire pense qu’il est nécessaire de créer des fonds de soutien au secteur. Certaines collectivités ont dores et déjà annoncées entrer dans une cette démarche (Conseil Régional, Conseil Départemental de Loire-Atlantique, Nantes Métropoles… ). Il nous semble nécessaire que la solidarité soit de tous les espaces et de tous les territoires.

3 – Reporter le SNU – service national universel
Aujourd’hui le SNU ne peut plus s’organiser en 2020 : annulation de la formation des encadrant-es prévue en Avril, flou sur le calendrier de l’école… Dans ces conditions, il serait même irresponsable de le maintenir cette année. Nous demandons donc un report du SNU. Nous demandons ainsi à l’échelle des Départements, des Régions et de l’État ; que les fonds fléchés sur ce dispositif soient réaffectés vers un plan de sauvetage du secteur associatif et d’éducation populaire !

SPIP | Site réalisé et hébergé par les CEMÉA Pays de la Loire | | Plan du site | Mentions légales | CGV | Suivre la vie du site RSS 2.0

CEMÉA Pays de la Loire - 102 rue Saint-Jacques 44200 Nantes

02 51 86 02 60 - accueil[a]cemea-pdll.org