Accueil > Actualités, regards critiques et solidarités sur le Covid 19 > La solidarité concrète ! > TINESOL pendant le confinement

TINESOL pendant le confinement

Depuis septembre 2019, l’équipe TineSol, en lien avec le collectif Romeurope, intervient sur trois bidonvilles de l’agglomération nantaise : La Neustrie (Bouguenais), Allende (St Herblain) et La Jaillère (Orvault), pour proposer de l’activité, des jeux aux enfants des Platz mais également un accompagnement administratif et humain (prise de RDV, écriture de CV, traduction de papiers administratifs...).

Avec la crise sanitaire en cours et le confinement, nos activités se sont interrompues. Actuellement, plus aucun suivi n’est assuré : les différentes administrations (CAF, mairies pour les domiciliations, centre de soins, etc) annulent les RDV et ferment. Les bénévoles de Rom’Europe, souvent plus agé.es et donc plus exposé.es au virus, ne se rendent presque plus sur les terrains.

Bien que les pouvoirs publics et les associations agissent déjà (raccordement à l’eau de la grande majorité des terrains, mise à disposition de kit d’hygiène par le CCAS de la ville de Nantes), il nous paraît important de maintenir et de consolider les liens et d’entraide et de solidarité.

Les membres du collectif Romeurope identifient 3 défis :
➔ Que ces aides alimentaires et financières d’urgence se généralisent et tiennent le temps long du confinement
➔ Qu’en temps de confinement, ces aides puissent se faire dans « l’aller vers » les squats et les bidonvilles, et ce avec l’expertise nécessaire et dans le respect des gestes barrière, pour la protection de tous.
➔ Que les acteurs soient coordonnés au niveau départemental ou métropolitain.

L’équipe TineSol souhaite s’inscrire dans cette démarche.

Concrètement, nous cherchons actuellement à constituer des équipes qui passeraient sur les différents terrains afin de recenser les besoins des habitant.es (en terme d’alimentation, d’hygiène, de communication, de continuité scolaire pour les enfants en âge d’aller à l’école, d’activité, etc), et, dans la mesure du possible, d’y répondre. L’idée est d’organiser plusieurs passages par semaine pour tenter d’assurer le meilleur suivi possible, tout en respectant les « gestes barrières », afin de se protéger et de protéger les autres.

Si tu as envie, que tu peux, que tu as un peu, moyennement, beaucoup de disponibilités, que ta santé te le permet, ou que tu as des questions, n’hésite pas à envoyer un mail : l.gamper cemea-pdll.org

SPIP | Site réalisé et hébergé par les CEMÉA Pays de la Loire | | Plan du site | Mentions légales | CGV | Suivre la vie du site RSS 2.0

CEMÉA Pays de la Loire - 102 rue Saint-Jacques 44200 Nantes

02 51 86 02 60 - accueil[a]cemea-pdll.org