Accueil > Newsletter > Archives > Newsletters 2010 > Septembre 2010 > Articles > 10ème Congrès National des CEMÉA : discours de clotûre de Jean-François (...)

10ème Congrès National des CEMÉA : discours de clotûre de Jean-François Magnin

Nous arrivons au terme de ce 10ème congrès des Ceméa qui a été un congrès de débat, d’échanges, de confrontations, d’agir...

Je voudrais d’abord remercier tous nos invités qui nous ont fait et nous font encore le plaisir de participer à ce moment important de la vie de notre mouvement.

Merci à nos invités nationaux et régionaux à cette séance de clôture, à nos invités permanents nationaux et internationaux de la FICEMEA, d’EAICY et d’ailleurs qui ont contribué à l’ensemble de nos travaux, les enrichissant de leurs analyses et de leurs points de vue. Un mot particulier, après Jean-Luc Cazaillon et Pierre Parlebas à l’ouverture, pour nos amis des Francas qui après nous avoir invité à leur congrès de Bordeaux l’année dernière sont venus ici en nombre pour travailler
avec nous.

Un grand ami des Ceméa aurait pu être aussi avec nous ce matin. Il a toujours été un soutien à la belle aventure des Ceméa en Avignon pour tenter de promouvoir une éducation artistique et culturelle pour le plus grand nombre. Malheureusement, Philippe Avron nous a quittés cet été, quelques jours après avoir été obligé d’interrompre les représentations de son spectacle que plusieurs d’entre nous avaient encore suivi cette année.
J’ai aussi, comme Jean-Luc Cazaillon et Pierre Parlebas, à l’ouverture, une forte pensée pour
Gérard Castellani, grand militant des Ceméa au niveau national comme au niveau régional, ici dans son association PACA. Il avait été au cœur de la préparation de ce congrès et c’est une grande
injustice qu’il ne soit pas parmi nous aujourd’hui.

Enfin comme ne pas être habité, dans un moment aussi important qu’un congrès, par la grande figure de Denis Bordat, grand militant et grand dirigeant dont le rôle a été déterminant dans le développement et la diversification des Ceméa.

Notre congrès a été placé sous l’égide de l’année internationale du rapprochement des cultures. C’est un beau programme que l’UNESCO proposait là aux nations du monde. On ne peut pas dire
que cet été les dirigeants de notre pays ont contribué à la réussite de ce projet. On a plutôt assisté à des actes de stigmatisation et de discrimination culturelle. Le 23 août a aussi vu le lancement de
l’année internationale de la Jeunesse et notre congrès en porte le label. Espérons qu’à cette occasion nos gouvernants offriront un autre projet et un autre traitement à ses jeunesses et à leurs
différentes organisations.

Les Ceméa pour leur part réaffirment leur volonté de contribuer à construire une société plus juste et plus solidaire, plus égalitaire dans une perspective éducative et émancipatrice.

Télécharger le document pour lire la suite :

Voir aussi les autres textes sur le site national des CEMÉA

Documents joints

SPIP | Site réalisé et hébergé par les CEMÉA Pays de la Loire | | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0

CEMÉA Pays de la Loire - 102 rue Saint-Jacques 44200 Nantes

02 51 86 02 60 - accueil[a]cemea-pdll.org